abadie-tete
photo_2019-11-19_13-32-12
Février 2020


49.3


Chers amis,

Micro-trottoir ce matin sur France Info, au milieu d’un groupe de Gilets Jaunes contestant le 49.3 : « Il faut que le Parlement se saisisse des retraites, même si cela doit prendre deux ou trois mois ». Si nous avions pu nous saisir de ce texte, oui, nous y aurions passé le temps qu’il faut. Vingt-et-un jours consécutifs, vingt-cinq pourquoi pas, voire trente-cinq. Certains d’entre nous avaient déjà anticipé leur procuration de vote pour les deux dimanches d’élections municipales. Le texte sur les retraites en valait largement la peine. Cela fait deux ans que des consultations sur tout le territoire, avec citoyens volontaires et partenaires sociaux s’organisent. Cela fait deux ans que ce texte se construit et que nous attendions ce débat.
Mais malheureusement, une minorité de députés ne voulaient pas débattre. Ils ont posé 30.000 amendements. Ils ont même posé des sous-amendements en cours de débat. Si bien qu’après le quatrième jour d’examen de ce texte en séance publique, le stock des 40.000 amendements à examiner avait augmenté.
Pour rappel, les débats sur la légalisation de l’avortement avaient été très nourris et très long avec quelques 89 amendements. Ceux en 1981 sur l’abolition de la peine de mort aussi, avec pas plus de 27 amendements. En matière d’amendements, la quantité se fait toujours au détriment de la qualité.
La réforme du règlement que nous avons adopté l’année dernière a pu prévenir quelques pratiques d’obstruction, qui ont déjà porté leurs fruits. Mais il était évident que le droit d’amender ne devait pas être limité – il est d’ailleurs protégé par notre Constitution. C’est le droit le plus important du député, particulièrement d’opposition. Pour la majorité qui soutient le gouvernement, les textes à voter, bien que nous ayons toujours apporté des améliorations sur chacun des textes, sont très souvent en accord avec nos engagements de campagne et nos valeurs. Pour l’opposition c’est tout l’inverse, ce qui explique qu’elle ait besoin de plus amender.
Mais pour « se saisir » de la réforme, encore eût-il fallu avoir des amendements dignes de ce nom. Or les groupes France Insoumise et Gauche Démocrate et Républicaine, s’ils n’ont pas manqué d’imagination, ont sur ce texte démontré la vacuité de leurs arguments.
30.000 amendements de pure forme rédactionnelle : changer « garantir » ici, pour le remplacer par « assurer », et quelques alinéas plus loin faire l’inverse, pour ne citer que cet exemple frappant. Avec une défense orale de leurs amendements complètement désordonnée, par exemple en défendant les avocats quand l’article concernait les fonctionnaires, ou en parlant des pompiers quand l’article évoquait les professions libérales. Et des interruptions de séance à n’en plus finir.
Des débats houleux nous en avons connu, et, s’ils ont du fond, ils ne nous font pas peur. Nous avons des arguments à présenter. Mais ces débats absurdes, sans fond, sans queue ni tête, ces 13 jours, ces 115 heures monopolisées par les litanies grotesques de 10 % des députés, nous insultant parfois, cette recherche perpétuelle de l’incident de séance, tout ceci n’avait qu’une finalité : obtenir le 49.3.
Que ceux qui l’ont provoqué ne jouent pas les vierges effarouchées. Ils en sont responsables.
D’ailleurs, Jean-Luc Mélenchon était sénateur socialiste quand Michel Rocard actionnait 28 fois cet article de la Constitution en moins de trois ans.
Outre le spectacle désolant de l’hémicycle, et la vacuité des débats, il y avait l’impasse. La procédure parlementaire est ainsi faite qu’elle ne permet jamais de bâcler le travail, car le texte fait la navette entre le Sénat et l’Assemblée nationale. Puis reviendra en deuxième lecture, ce qui permettra peut-être de reprendre les débats de façon constructive, ce qui prendra normalement quelques mois. Nous prendrons le temps, nous l’avons d’ailleurs déjà pris. Le gouvernement a reconnu le travail des parlementaires, puisqu’il retient 125 de nos amendements, y compris de l'opposition. Car en effet la Constitution avait prévu cet outil pour permettre au gouvernement de sortir de l’impasse qui jusqu’ici était due à l’absence de majorité claire au Parlement. Ce genre de situation souvent rencontrée sous les précédentes Républiques justifiait de prévoir dans la Constitution de 1958 un outil à la main du gouvernement qui empêche la paralysie. Mais cette fois-ci c’était la paralysie recherchée par trente opposants qu’il fallait contrer. Car si je ne conteste pas leur droit de poser des amendements, ils ne peuvent pas contester non plus au gouvernement le droit d’activer le 49.3. Toute la Constitution, rien que la Constitution. D’autant que les amendements conservés permettront de faire évoluer le projet de loi avec :
  • plus de solidarité envers les aidants familiaux
  • les personnes handicapées qui pourront plus facilement anticiper leur retraite dès 55 ans
  • l’abaissement de l’âge de départ en retraite progressive de 62 à 60 ans
  • l’aménagement des fins de carrière à l’hôpital
  • l’amélioration de la pension des femmes
  • le dispositif de rachat de points au titre d’un stage
etc…
Le 49.3 n’est pas un coup de force. C’est un outil légal prévu par la Constitution. En revanche, dégrader les parties communes d’un immeuble, comme celui où est installé ma permanence est pénalement répréhensible. C’est pour cela que j’ai porté plainte contre cet acte d’intimidation intervenu le week-end dernier, qui cherche à déstabiliser une élue de la Nation, mais qui n’entame en rien ma détermination et mon engagement au service de l’intérêt général.

Votre députée,
Caroline Abadie
3 février

500 000 euros pour l'hôpital de Vienne

83660589_596146164268725_2141420455553138688_n
« Investir pour l’hôpital », première mesure pour Vienne
4 février

Fabrique du territoire

Le gouvernement a dévoilé les premiers bénéficiaires de l’appel à projet « fabrique du territoire » dans lequel figure le projet 📍« SCIC SA Tri » à Pont Evêque 📍 spécialisé dans le matériel informatique reconditionné (ordinateurs portables, unités centrales, écrans, imprimantes, claviers, souris..) à prix solidaires. L’Etat va ainsi soutenir sur trois ans les structures retenues à hauteur de 75 000 et 150 000 euros dans le but de conforter leur équilibre économique. Parce que le soutien de l’Etat permet de créer et pérenniser des structures et des emplois tout en dynamisant notre territoire, je trouve heureux 👏 que SCIC SA Tri, puisse très prochainement en bénéficier.
Fabrik
5 février

Inauguration des nouveaux locaux des services techniques de Jardin

84300193_597517247464950_9025807703062085632_o
Pour une meilleure organisation de travail et répondre aux normes, de nouveaux locaux techniques ont été inaugurés à Jardin par le Maire Thierry Quintard et son équipe. D’un coût total de 400 000 €, les travaux ont été co-financés par plusieurs collectivités locales et par l’Etat. Après 6 mois de travaux, cette réalisation offre un espace de travail optimisé aux agents municipaux. Le nouveau brise-vent devant la salle Jean Monnet, déjà entrevu en janvier à l’occasion des vœux, a également été inauguré aujourd’hui en présence de mon suppléant David Manto.
5 février
Commission d'enquête Préfecture de Police de Paris
Trois mois après sa constitution, la commission d'enquête sur l'attentat de la Préfecture de Police du 3 octobre à laquelle j'appartiens poursuit son travail d'investigation et d'analyse pour mettre en lumière les dysfonctionnements ayant conduit à ce drame.
Avec notre rapporteur Florent Boudié, nous avons auditionné aujourd'hui des responsables des états-majors de l'armée de terre, de l'air et de la marine pour comparer les procédures puis les représentants des syndicats de police. Pour des raisons de confidentialité, ces échanges se déroulent à huis-clos. Nos conclusions seront rendues publiques fin avril.
84700109_597606667456008_7814626736611524608_o (2)
6 février

Assemblée Générale de l'ADI 38

ADI
J’étais présente à l’assemblée générale de l’ADI 38 à Brézins au cours de laquelle ont notamment été abordés les points suivants :
- Gestion au M3 près de l’eau par l’ADI38 et de la chambre de l’agriculture, très responsable de leur consommation sur tout le département.
- Présentation notamment du projet d’irrigation du plateau de la Louze que je souhaite soutenir et voir aboutir. Ce projet présente toutes les garanties d’optimisation de l’approvisionnement en eau et permettra de diversifier et sécuriser les cultures mais aussi de développer l’agriculture biologique. Sa réalisation permettrait aussi d’éviter de puiser à outrance dans les nappes phréatiques.

6 février

Réunion en préfecture sur le nœud de Ternay

En 2020, je continue à suivre de près les grands projets d’infrastructures de notre territoire en participant à une nouvelle réunion sur le noeud de Ternay en Préfecture du Rhône. S’agissant des différentes variantes qui sont envisagées, je serai particulièrement vigilante quant à leur étude qui va se poursuivre tout au long de cette année.
news modifs
11 février

Présentation du bilan économique de la Banque de France

bdf
J’étais représentée par mon suppléant David Manto lors de la présentation du bilan économique 2019 de la Banque de France. Sous l’effet des mesures engagées depuis 2017, la France est le pays qui affiche en 2019 le taux de croissance le plus élevé parmi les trois plus grandes économies de la zone Euro. L’amélioration de la compétitivité de l’économie française se traduit notamment par une croissance double de celle de l’Allemagne (+1,2% contre + 0,6% outre-Rhin) et une diminution de notre déficit commercial.
Conjuguées à la politique des taux d’intérêts bas menée par la Banque Centrale Européenne, les politiques nationales produisent de bons résultats sur tous les fronts : hausse de l’investissement, hausse du taux d’emploi, hausse du pouvoir d’achat des ménages, dynamisme du marché de l’immobilier.
12 février

Réunion traitant de l'immunité parlementaire

Débat passionnant autour des collègues Tourret et Huyghe sur leur mission transpartisane traitant de l’immunité parlementaire.
- Ni un privilège personnel, ni une impunité générale, cette protection fonctionnelle prévue par l’article 26 de la Constitution garantit aux parlementaires leur liberté d’expression au sein des assemblées et leur liberté de mouvement.
- Ces libertés sont compensées par des sanctions disciplinaires et peuvent être suspendues par leur assemblée, car l'immunité n'est pas l'impunité.
- Cet équilibre est essentiel dans une démocratie moderne, pour protéger l'expression de la majorité comme de l'opposition.
Com des lois
12 février

Premiers secours

jccr
En présence de Christophe Castaner, nous avons voter en lecture définitive la proposition de loi sur laquelle travaille, depuis bientôt 2 ans, mon collègue isérois Jean-Charles Colas-Roy de l'Isère permettant d’augmenter significativement le nombre de citoyens formés aux premiers secours. Vote unanime de tous les groupes politiques, que je ne voulais manquer sous aucun prétexte !
12 février

Évaluation de la loi sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme

Évaluation des 2 années d’application de l’une des 1eres lois de notre mandat: la loi du 30/10/17 renforçant la sécurité et la lutte contre le terrorisme. Cette loi permet aux préfets de décider de périmètre de protection lors d’événements accueillant du public, la fermeture de lieux de culte diffusant des discours incitant à la haine ou au terrorisme, d’assigner à résidence certaines personnes à risque sortant de détention, et des visites domiciliaires. J’ai interrogé le ministre de l’intérieur sur la fermeture des lieux de culte notamment en tenant compte de l’expérience iséroise en la matière.
Lien

Castaner
13 février
Visite de l'association TRIRA
news autre
Visite de l’association TRIRA à Pont-Evêque qui fait partie des bénéficiaires de l’appel à projet « fabrique du territoire » qui répare et reconditionne du matériel informatique. En tant que tiers-lieu labellisé, TRIRA va bénéficier d’un soutien financier de l’Etat pour les 3 prochaines années, contribuant à soutenir ses projets de développement :
- de nouveaux locaux commerciaux dans le centre-ville
- le déménagement du Fab lab
- une offre de formations et de services étendue
Un grand merci à Gabriel Jobin, directeur de TRIRA, pour son accueil, au président Dominique Ronzon ainsi que toute l’équipe !
14 février

Rendez-vous avec la section FO de l'ADPAH

Rencontre avec la section FO de l’ADPAH, association d’aide à domicile aux personnes âgées et handicapées :
260 salariés qui s’occupent de 2000 usagers / 60 communes autour du pays viennois, roussillonnais et de la Côte-Saint-André.
news 3
15 février

Convention citoyenne et les outils de démocratie :

ccc
Echanges de qualité autour de Dominique GILLIER, membre du comité de gouvernance de la convention citoyenne pour le climat et Romain RAMBAUD, Professeur de droit public (Université Grenoble-Alpes) que je remercie vivement pour leur participation.
Comment mieux intégrer les citoyens dans les décisions publiques en les responsabilisant ?
C’est tout le défi qu’ont relevé les 150 citoyens tirés au sort et qui planchent depuis septembre à des solutions pour diminuer de 40% nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 !
18 février

Plateau BFM sur le communautarisme

L’islamisme est un projet de rupture au sein de la Nation, qui dévoie la religion et vise à faire prévaloir la loi religieuse sur la loi de la République. Ce que j’ai pu défendre sur le plateau de BFM. Le Président de la République lors d'un déplacement ce même jour a fait de nouvelles annonces pour lutter contre ce séparatisme islamiste.
BFM
19 février

Visite de la direction régionale de la police judiciaire

brigade crim
Avec mes collègues de la commission des lois, nous avons pu rencontrer 3 brigades
- la brigade criminelle créé en 1912 et qui compte 110 enquêteurs dont plus de la moitié consacrée à la lutte contre le terrorisme.
- la brigade de protection des Mineurs créée en 1943 qui traite des maltraitances intra-familiales, incestes, disparitions, bébés secoués, agressions sexuelles, viols et réseaux d’exploitation de mineurs.
- la brigade d’enquêtes sur les fraudes aux technologies de l’information.
21 février

Permanence parlementaire

J’étais à la mairie de Saint-Just-Chaleyssin pour recevoir les citoyens lors de ma permanence délocalisée.
Un grand merci à Isabelle Hugou, maire de Saint-Just-Chaleyssin, pour l’accueil en mairie.
st just
28 février

Inauguration des locaux de la mission locale de Vienne

vienne
Inauguration des nouveaux locaux de la mission locale de Vienne. Sur quelques 465 m2, les agents pourront désormais intervenir dans les meilleures conditions auprès des 1500 jeunes âgés de 16 à 25 ans suivis chaque année.
Un grand merci à M. le Directeur Thierry Guiblais et à son équipe pour leur accueil.

facebook twitter instagram linkedin 
MailPoet