Le 11 avril prochain sera lancé, à Lyon, le débat public autour de la question du nœud ferroviaire lyonnais. Saisie par la Ministre des Transports Madame Elisabeth Borne, la Commission Nationale du Débat public (CNDP) organise, dans notre région, plus de 11 réunions dont plusieurs en Isère pour permettre aux usagers du train et plus largement à tous les habitants de s’exprimer sur leurs attentes en termes d’infrastructures ferroviaires. Dès le mois d’octobre dernier, Madame Caroline Abadie, députée de l’Isère s’était entretenue avec la CNDP pour que l’Isère ne soit pas l’oubliée des débats. Pour elle : « si l’enjeu est de désaturer les cœurs des mobilités, il sera bien question de parler de toutes les lignes et de toutes les gares dites « lyonnaises » : les gares de Perrache et Part-Dieu, cette dernière étant largement saturée, mais aussi le terminal TGV de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry quant à lui sous utilisé ! ».

Quels objectifs pour ce débat ?

Ces quinze dernières années, le nœud ferroviaire lyonnais a connu une hausse de 60 % de trafic, ce qui a eu un impact sur la régularité des trains. En effet plus d’un tiers des retards sur notre région sont liés au nœud.

Plusieurs aménagements sont déjà étudiés par les services de l’Etat et de SNCF Réseau : l’ajout de nouvelles voies entre Saint-Clair et Guillotière, l’extension actuelle de la gare de Lyon-Part-Dieu, la place de la Gare TGV de Lyon Saint-Exupéry, le passage à quatre voies en surface de la ligne Lyon-Grenoble sur la section entre Saint-Fons et Grenay et la modernisation des infrastructures actuelles.

Sur cette base, la Ministre des Transports a demandé à SNCF Réseau de saisir la CNDP pour mener une concertation qui se déroulera sur une période de quatre mois, entre le 11 avril et 11 juillet 2019. Les Auvergnats et Rhônalpins auront l’opportunité de contribuer à la construction d’une vision partagée du développement des territoires et des besoins de mobilités qu’il induit. Cette réflexion collective doit apporter des réponses durables aux problématiques de saturation ferroviaire, tant pour le transport de voyageurs que pour celui de marchandises et d’échanger sur la qualité des services envisageables grâce au projet Nœud Ferroviaire Lyonnais Long Terme (NFL LT) pour la desserte des différents territoires concernés et pour les liaisons nationales et européennes.

La Députée iséroise invite les habitants à se saisir nombreux de cette opportunité d’exprimer leurs avis et d’apporter leurs contributions afin de définir l’orientation de notre mobilité ferroviaire de demain. Lors des 10 grands débats qu’elle a menés sur la 8ème circonscription, le besoin crucial d’une mobilité douce respectueuse de l’environnement est ressortit comme un des sujets prioritaires. « Il faut que les Isérois apportent leurs contributions pour disposer de meilleurs moyens de reports face à la voiture personnelle. Il ne faut pas laisser ce débat aux lyonnais intramuros ! Nous avons une gare à défendre, flambant neuve loin d’être saturée, celle de Lyon Saint-Exupéry !»

Notre territoire accueillera ce débat au cours de réunions qui se dérouleront le :

  • 16 avril à Givors sur la question des transports du quotidien ;
  • 14 mai à Vienne sur la question des transports du quotidien ;
  • 23 mai à L’Isle-d’Abeau sur la question des transports du quotidien ;
  • 25 mai à Pusignan sur la question de la cohabitation entre le transport de marchandises et le transport de voyageurs
  • 11 juin à Vénissieux sur la question des aménagements et des impacts.

« Il était grand temps qu’une réflexion soit engagée sur les aménagements et le développement du réseau ferroviaire, poursuit Caroline Abadie, d’autant plus que le réseau routier est lui aussi déjà tellement saturé que les temps de trajets de nombreux travailleurs isérois se rendant à Lyon ne cessent d’augmenter. »

D’ici à 2050, SNCF Réseau prévoit une augmentation des besoins de déplacement de 100 % sur les grandes lignes au départ et à destination de Lyon, de 60 % pour le fret et de 20 % pour les transports régionaux en région lyonnaise. Il faudrait donc augmenter de 40% des capacités de l’étoile ferroviaire lyonnaise. « L’enjeu de ce débat est de déterminer comment ! ».

 

https://noeud-ferroviaire-lyonnais.debatpublic.fr/