Jeudi 15 mars 2018

J’étais ce jour devant le Pôle de Gérontologie (dont dépend l’EHPAD de Vienne), à l’écoute des manifestants ayant répondus à l’appel des syndicats CGT et CFDT. J’ai bien entendu le cri d’alarme mais sachez que la majorité dont je fais partie a pleinement conscience de la situation très difficile de certains EHPAD, à la fois pour les résidents et pour les personnels, dont la souffrance est un sujet majeur de préoccupation.

Face à cette situation, les moyens mobilisés sont exceptionnels. Le budget des EHPAD est celui qui augmente le plus dans le budget de la Sécurité sociale. 160 millions d’euros seront mobilisés en 2018, dont 50 M€ spécifiquement pour les EHPAD en difficulté financière.

Concernant la réforme de la tarification, elle bénéficie à plus de 75% des établissements. Pour les établissements perdants, un mécanisme sera proposé à très court terme pour neutraliser les effets négatifs de la réforme, par exemple en compensant pendant une période d’un an ou deux ans les pertes de recettes.

Au vu de la hausse structurelle de la dépendance, il faut réinventer notre modèle d’EHPAD. Les grandes orientations d’une stratégie globale seront présentées à la fin du mois de mars, dont le fil rouge sera la qualité d’une prise en charge préservant la dignité des personnes. Il faudra, dans la mesure du possible, améliorer le taux d’encadrement mais le ratio d’un employé pour un résident n’a aucun fondement théorique ou scientifique. Par ailleurs, la commission sur la qualité de vie au travail en EHPAD rendra ses conclusions à la mi-avril. Un véritable plan métiers et compétences sera à construire.

Le vieillissement de la population est une chance pour tous, ne l’oublions pas.